« Il y a beaucoup de choses »

 Dans

 « Regarde de tous tes yeux regarde »

 

Nantes et Dole 2008/2009

 

L’exposition 

 

Regarde de tous tes yeux regarde (jules Vernes dans Michel Strogoff cité en exergue de  La vie mode d’emploi)

 

Pour fêter le 30ème anniversaire de la sortie de « La vie mode d’emploi » de Georges Perec, les musées des beaux arts de Nantes et de Dole ont voulu mettre en évidence que les 4 grands thèmes, définis par Perec  lui-même, qui animent son œuvre : le quotidien, l’autobiographie, le jeu et le romanesque, peuvent également qualifier la création plastique contemporaine depuis 1960.

 

Construite autour de La boite en valise de Marcel Duchamp, l’exposition réunit plus de 70 œuvres et autant d’artistes dont Lavier, Boltanski, Feldman, Morellet, Closky, Gasioravski, kabakov…

 

 

Le projet

 

Il y a beaucoup de choses (Georges Perec dans Tentative d’épuisement d’un lieu parisien)

 

« Regarde de tous tes yeux regarde » énonce clairement ce que nous avons fait : aider, pousser, inviter le regard et puis éclairer, bousculer, questionner ce regard. Sur les œuvres exposées, sur l’œuvre de Perec !

 

Nous avons définis 19 consignes :

 

1 : les mots de Perec doivent intégrer l’exposition.

 

2 : L’empreinte plastique de notre action doit être la plus ténue possible.

 

3 : Notre action doit adopter des formes «pérequiennes».

 

2 : Les textes de Perec ne doivent pas tenter d’expliquer les œuvres.

 

3 ; Les œuvres ne doivent pas tenter d’expliquer les textes de Perec.

 

4 : Chaque spectateur, seul ou en groupe, doit pouvoir déposer « quelque chose » qui s’ajoutant aux autres dépôts doivent à la fin constituer quoi ? Une œuvre ? Une trace !

 

…ETC…

 

     Le déroulé

Equipe : 2 comédiens

 

5 épisodes.

 

Episode 1 : Lecture à l’entrée de l’exposition des premières pages de « Tentative d’épuisement d’un lieu parisien » par les deux comédiens.

 

Episode 2 : Alignées sur le sol, 105 fiches imprimées annoncent les titres des 105 histoires que Perec raconte dans « La vie mode d’emploi ». Chaque spectateur choisit une fiche et en baptise une œuvre de l’exposition. Un petit jeu mathématique et pérequien permet de choisir l’histoire qui est lue, ainsi que le cartel, devant l’œuvre. Si l’histoire est très courte, ce sont deux, voire trois histoires qui sont lues.

 

Episode 3 :

 

Devant « Capri suite # 4 » de Fred Sandback (Un fil de laine rouge dessine un trapèze entre le mur le sol), chaque spectateur donne un mot qui pour lui qualifie… interroge… baptise… raconte cette œuvre. Avec tous ces mots, répartis par moitié et quart entre noms communs, adjectifs qualificatifs et verbes, Jean François Le Garrec en y ajoutant tous les adverbes, conjonctions, articles… de son choix, invente in situ un texte qui tente de raconter, interroger… l’œuvre. Evidemment chacun des spectateurs dans sa tête fait la même chose !

 

…ETC…

 

 Des chiffres

 

Durée de la fabrication : 1,5 mois

 

Durée d’un parcours : 65 mn

 

Nombre de personnes interrogées : 26

 

Nombre de parcours effectués : 28 (17 à Nantes sur 12 jours, 11 à Dole sur 8 jours)

 

Nombre des spectateurs : 771 (442 à Nantes, 329 à Dole)

 

 

 

 

 

 

crédit photo : musée des Beaux-Arts de Nantes